Questions fréquentes

Qu'est ce qu'une pelvectomie postérieure ?

Une pelvectomie postérieure est une intervention qui consiste à pratiquer l’ablation de l’utérus et d’une partie du rectum en regard. Un rétablissement de continuité sera effectué. Une protection par un anus artificiel transitoire est parfois nécessaire.

Aurais-je une poche ?

Dans la prise en charge des cancers de l’ovaire, la nécessité d’un anus artificiel ou poche ne se conçoit que si cette poche n’est transitoire. Il n’y a aucune indication de poche définitive. Un anus transitoire peut être discuté si une anastomose sous jacente doit être protégée. Un rétablissement de continuité sera effectué ensuite.

Que signifie une chirurgie standard ?

Le résidu tumoral nul est obtenu au prix d’une chirurgie carcinologique comportant hystérectomie totale, annexectomie bilatérale, curages pelvien et curage lombo-aortique, omentectomie et appendicectomie.

J'ai des filles, des soeurs, des nièces. Que faut-il faire ? Y-a-t-il un dépistage ?

En l’absence d’antécédents familiaux de cancer de l’ovaire, de cancer du sein ou de cancer digestif, il n’y a aucune indication de pratiquer un dépistage particulier. En cas d’antécédents, il faut en parler à votre médecin qui vous renseignera sur la conduite à tenir (recherche d’une mutation génétique et test de dépistage, traitement prophylactique)
En l’absence d’antécédents familiaux, il est nécessaire de suivre les recommandations liées au dépistage du cancer du sein et du col utérin.

Quelles sont les modalités de ma surveillance ?

La surveillance du cancer de l’ovaire s’effectue en alternance entre votre médecin traitant, votre chirurgien et votre cancérologue.
La surveillance est avant tout clinique (poids, symptômes, touchers pelviens…). Une prise de sang surveillera les marqueurs (Ca125…). En ce qui concerne l’imagerie, un scanner thoraco-abdomino-pelvien s’ajoute à la surveillance.
Le rythme et la durée de la surveillance dépend de votre âge, de votre maladie et des vos antécédents.
L’objectif de la surveillance est de diagnostiquer une récidive le plus précocement possible afin de vous proposer un traitement efficace.

Qu'est qu'un curage, un curage pelvien, un curage lomboaortique ?

Le curage consiste à effectuer l’ablation de tous les ganglions situés dans un territoire anatomique (pelvis, axillaire, cervical…). L’objectif est double, premièrement de connaitre au mieux le stade de la maladie ; deuxièmement d’effectuer un geste curatif en cas de ganglions positifs (site résiduel de la maladie).
En cas de ganglions positifs, le traitement postopératoire pourra être modifié.
Le curage pelvien ou ilio obturateur consiste à effectuer l’ablation des ganglions du pelvis.
Le curage lombo-aortique permet l’exérèse des ganglions situés au contact de la veine cave et de l’aorte.

Qu'est ce qu'un traitement d'entretien ?

Actuellement (2010), il n’existe pas de traitement dit d’entretien dans les cancers de l’ovaire. Le traitement d’entretien a pour objectif de diminuer le risque de récidive. Des protocoles de recherche sont en cours pour évaluer des traitements journaliers « per os ».

Qu'est ce qu'un traitement néoadjuvant ?

Un traitement néoadjuvant permet de diminuer la taille et le nombre des lésions tumorales. Cela permet d’effectuer une chirurgie plus simple et plus efficace. Dans le cancer de l’ovaire à un stade avancé, commencer par de la chimiothérapie peut permettre une chirurgie avec résidu nul alors qu’initialement le geste aurait été impossible, délétère ou mutilant.

Quelle est la place de la CHIP ? (chimiothérapie hyperthermie intrapéritonéale)

Actuellement hors essai thérapeutique, la CHIP dans le cancer de l’ovaire se discute lors du traitement des récidives intra péritonéales. Les preuves scientifiques manquent et necessite des inclusions dans des études internationales.